Carnet de route

Trou à neige

Le 07/03/2013 par RAMBOUILLET Dany

Rencontre avec l’Extrême

Au programme Bivouac dans un trou à neige à Vallorcine à 2000m d’altitude : début de l’aventure tant attendue mais aussi redoutée.

Cela faisait 4 ans que Christophe nous en avait parlé lors de l’une de nos premières randos en raquettes avec le club alpin et depuis ce jour l’envie de tenter l’aventure était née en moi. Alors pas question d’y renoncer le moment venu.

Jeudi 21/02/2013 : 

C’est avec fébrilité que Michel et moi préparons nos sacs: " - as-tu bien mis la bougie et le briquet dans le sac ? - et la bougie , à quoi sert-elle d’abord ? à nous éclairer ou à voir si il y a assez d’oxygène dans l’air pour ne pas être asphyxié en dormant ? - et la recharge de gaz, y en a-t-il assez ? - tu n’as pas oublié les habits de rechange propres car il faut absolument se changer après avoir creusé le trou… et les chaufferettes : je t’en ai mis avec tes habits et dans ton blouson… ça je ne le  me pardonnerais pas si je les oubliais". Après toutes ces interrogations les sacs sont enfin prêts , réglés sur notre dos car ils sont lourds et pas question d’y retoucher avant le départ.

Samedi 23/02/2013 10H : -14° au départ du gîte à Chamonix  sous un beau soleil glacial

Les gourdes sont remplies d’eau chaude, les sacs sur le dos et les raquettes chaussées : c’est enfin le départ pour une montée  600m de dénivelé  avant d’atteindre notre lieu de bivouac, des chalets d’alpage pas loin de la lisière de la forêt.

La montée est lente ( peut-être un peu plus lente que prévue) mais le paysage enneigé quasi immaculé est féerique et la motivation nous entraîne et nous donne la force nécessaire .

12h30 : débouché sur les chalets d’alpage et les lieux de bivouac possibles. Christophe renonce de nous faire monter jusqu’aux chalets pour tirer notre repas du sac et decide d’un lieu pour reprendre des forces et manger avant d’établir notre campement. Ce n’est que le soir  que je comprendrai en quoi l’heure que nous avons gagnée en ne montant pas aux chalets nous a été  utile pour construire nos trous avant le coucher du soleil derrière la montagne et gagner du temps sur le froid qui devenait de plus en plus mordant.

14h à 17h : la construction des trous à neige commence ; il faut sonder la neige (+de 2,60 m de neige), trouver l’emplacement pour les 3 trous et l’orientation de l’entrée avant de s’y mettre. Alors les pelles( pour les hommes) se sont  mises à creuser et  les trous ont commencé à prendre forme, la petite scie et le sécateur (pour les femmes) à couper  et couper  du bois,  le coin cuisine à ressembler à un début d’igloo supposé nous protéger du froid avec le feu  et la ruche bourdonnante est pleine d’entrain tant elle a envie de voir ce rêve tant attendu se concrétiser. Un esprit de solidarité s’est installé (car sinon certains auraient couché dehors ou assis…) et enfin chaque binôme ( nous sommes 6 au total) a pu prendre possession de son trou pour le « fignoler »,  l’aménager et commencer à se changer  pendant qu’on se faisait un thé.

 17h –18h30 : Le froid devient  de plus en plus glacial.la neige que l’on fait fondre sur les réchauds ne font pas vite et sur les 3 réchauds apportés un seul fonctionne bien – on n’a pas pensé que le butane  n’aime pas le froid ….Dur dur alors de remplir les 6 thermos pour nos soupe et nos plats lyophilisés : -la soupe prend vite des paillettes le plat lyophilisé n’a pas le temps de se réchauffer car il faut attendre 5mn, les rondelles de rosette sont prises en pain, les compotes se transforment en glace ;;; mais la bonne humeur est là et on apprécie le petit apéro monté par Jacqueline, le saumon fumé de christophe  et les gâteaux d’apéro présentés sur la pelle à neige  et le petit coup de rosé que nous sert Reynald. Un vrai palace mais de glace….Tels des gamins la satisfaction se lit sur nos visages ..rouges de froid.

18h30 : le froid devient de plus en plus âpre (-20° peut être) : les cheveux gèlent sous le bonnet, les doigts restent collés sur les bâtons….. il faut rentrer « au chaud. Avant de regagner notre « hôtel » Christophe nous dit que le lever se fera vers 8h et que souvent, par expérience, le moment du lever et du petit déjeuner est difficile.

Chacun rentre dans son trou à neige avec ses émotions, ses joies, ses craintes, ses petits bobos et se demande comment va se passer la nuit : "- comment faire pour aller faire pipi ? - et mes chaussures : est ce que je les garde, les retire, les mets dans le duvet ou à côté ? - quels habits retirer, mettre ? - est-ce que je vais avoir assez d’air pour respirer ? ". Je m’installe alors  le mieux possible (c’est chacun notre tour) et  moi qui  suis claustrophobe, je me sens bien ;  je mets mes boules Quiès et la nuit commence ,longue, agitée sans doute mais malgré tout tranquille et  à aucun moment je n’ai eu froid.(ce qui ne fut pas  le cas de tous)

Dimanche 24/02/2013  8h : des voix nous appellent de l’extérieur car ils ne nous voient pas bouger…. C’est l’heure de se lever ( parfois on rêve de dormir longtemps  mais là on a battu tous les records !). Un changement de programme nous est annoncé par Christophe : il a neigé cette nuit (20cm) et il neige encore, il fait très froid et il est impossible de faire chauffer de l’eau pour le petit déjeuner et le  repas de midi ; certains souffrent du froid : il vaut mieux redescendre aux voitures  et ranger tout de suite.(on ne prend pas le temps de manger)

9h30 : retour par le même chemin, le tour en raquettes qui était prévu est annulé ; la prudence l’emporte.

11h30 : ça y est je  peux me délester de mon gros sac ; je   me réchauffe et fantasme sur le bon chocolat chaud et le croissant qui m’attendent bientôt.

« Cette rencontre vers l’extrême » fut une réussite car  bien préparée et bien menée avec de sages décisions qui, si elles n’avaient pas été prises auraient pu être lourdes de conséquences pour nous tous . Encore une fois j’ai appris qu’il faut toujours rester humble face à la montagne et que l’on est tout petit face à l’infiniment grand. Encore mille mercis à Christophe et à mes compagnons d’aventure qui  partage les mêmes valeurs humaines que moi.

Dany

 

 

 







CLUB ALPIN FRANCAIS AUBE
MAISON DES ASSOCIATIONS
63 AVENUE PASTEUR
BUREAU N° 102
10000  TROYES
Contactez-nous
Tél. 03 25 79 53 18
Permanences :
Mardi de 15h30 à 18h30 , Jeudi de 17h00 à 19h30
Agenda