Carnet de route

Aubure

Le 25/02/2014 par PRATESI Michel

Dans cette période d’austérité ambiante une sortie vers le val d’Argent s’imposait. Nous sommes au Nord des Vosges dans la Bas Rhin à proximité de Sainte Marie aux Mines (d’argent bien sûr) dans le petit village d’Aubure situé sur le versant alsacien du massif;  c’est le plus haut village d’Alsace 800 m tout de même. L’objectif d’un sommet à 1200 m avec les conditions de neige de l’année passée nous laissait envisager de sortir les raquettes. Faute de neige nous avons sorti les chaussures, oubliées les raquettes car nous étions prêts à tout.

Aubure respire au dessus de Ribeauvillé ; c’était donc l’attrait du lieu avec en cas de mauvais temps la perspective de se mettre à l’abri dans des caves sympathiques. Le village se meurt en cette fin d’hiver qui n’en fût pas ; l’or blanc  n’est d’ailleurs pas à sa portée, seules des pistes de fond s’essuient vers le Grand Brézouard…. surtout cette année !
Dans de bonnes années (mais pas pour tout le monde) fin du 19ème siècle début du suivant, on y ouvrit des sanatoriums lesquels fermèrent de ça il y a une vingtaine d’années… Qu’en reste-t-il ? le gîte les Brimbelles (les myrtilles en langue d’ici) qui était l’ancien hôtel du Brézouard ; il accueillait les familles non contagieuses c’est dire que nous y descendons sans aucune crainte. Le gîte reste au charme (très) désuet des hôtels endormis depuis fort longtemps mais dont l’accueil du couple belge Isabelle et Rudy est des plus sympathique…. On peut en juger par les excellentes traditions culinaires (alsaciennes) servies : le Baeckeoffe, la choucroute, arrosés comme il se doit d’Edelzwicker.

De nos sorties il faudra se rappeler de notre « ballade » partant de la croix de Ribeauvillé vers le massif du Taennchel à la rencontre de la roche des 3 tables, des rochers des Reptiles, des Géants, la descente vers Thannenkirch avec en toile de fond le château du haut Koenigsbourg et les ruines des 3 châteaux de Ribeauvillé. Des hésitations parfois dans le cheminement des sentiers tracés par le Club Vosgien mais tellement denses (pas les balises, les tracés) que le temps passa vite. Thannenkirch est aussi endormie ; les hôtels fermés se réveilleront après cette trêve hivernale.
Le temps de regagner les voitures pour une virée vers Ribeauvillé un peu humide, les quelques flocons de neige s’étant transformés en petite pluie…. normal vu l’altitude ; mais pas de quoi freiner notre soif « d’imprévus » vins chauds ou pressions d’Alsace chez Martine (pas un nom local mais bon) avec le traditionnel Kouglof… Ribeauvillé se réveillera aussi avec le printemps.
Le dimanche nos pas nous porteront vers le grand Brézouard et de belles vues sur les crêtes qu’observaient déjà les guetteurs allemands postés non loin d’Aubure quant l’Alsace et la Lorraine étaient encore « Germaines » . Belles vues sur ces crêtes en dessous desquelles se blottissent des hameaux et villages ensoleillés ; au lointain les sommets des Alpes barrent l’horizon.
Des raquettes nous n’en parlerons pas, qu’importe le flacon (façon de dire) pourvu qu’on ai l’ivresse (avec modération l’Edelzwicker).
Après ces 2 jours il faudra repasser le col de Ribeauvillé, descendre vers Ste marie aux Mines qui s’enorgueillit d’être une capitale (petite) de la taille de pierres précieuses ou semi précieuses je ne sais pas et qui attire à l’occasion de la sainte Marie grand nombre de professionnels chaque année.
Et après Ste Marie on est dans un massif vosgien plus austère (à nouveau l’austérité) ….la France de l’intérieur comme disent les Alsaciens.
Merci aux 11 courageux cafistes qui s’étaient joints à moi.

 







CLUB ALPIN FRANCAIS AUBE
MAISON DES ASSOCIATIONS
63 AVENUE PASTEUR
BUREAU N° 102
10000  TROYES
Contactez-nous
Tél. 03 25 79 53 18
Permanences :
Mardi de 15h30 à 18h30 , Jeudi de 17h00 à 19h30
Agenda