Carnet de route

Quatre jours dans le Morvan 17 au 18 Mai 2018

Le 29/05/2018 par CORDELLE Jean-Marie

4 jours dans le Morvan.

Le Morvan : une région si proche de chez nous (2h 15 de route) mais si différente, si belle et si chargée d’histoire.

C’est à Quarré les Tombes, porte d’entrée Nord de ce massif, que nous avions notre camp de base, une région moins élevée en altitude que l’an dernier mais dont les dénivelés sont respectables.

4 jours de randonnées en étoiles nous ont permis de parcourir 90 km et monter et descendre environ 1800

Quarré les Tombes tire son nom d’un grand nombre de sarcophages vides en pierre placées dans le cimetière entourant l’église (jusqu’à 2000 autrefois) plusieurs hypothèses et légendes expliquent l’origine de ces sarcophages vides pour la plus part (voir internet)

Lundi 14 Mai : nous quittons la région Troyenne à 8h00 et après un voyage sous une pluie battante, qui cesse à notre arrivée, nous nous équipons pour une 1ère étape prévue de 18 km  et 300m de dénivelé.

Par un ciel brumeux et un sol humide, nous nous acheminons à travers prairies, haies, vallons et ruisseaux vers Saint Léger Vauban, village natal du célèbre et génial architecte constructeur de fortifications sous le règne du roi soleil.

Sa  statue trône sur la place du village à proximité du musée qui lui est consacré.

Une route forestière nous amène vers 12h30 à un coin pique nique ou nous prenons notre repas sans trainer car les arbres s’égouttent sur les tables.

Au travers une sombre forêt de résineux, au sol très moussu, nous arrivons à proximité de « la Pierre qui Vire » ou nous découvrons d’énormes sapins estimés à 50 mètres de haut et 7 à 8 mètres de circonférence.

Après avoir admiré ces rois de la forêt, nous prenons, sur 2 km, un petit sentier, qui, dans de petites gorges, longe la rivière du « Trinquelin ». Un cours d’eau très nerveux parsemé de petites chutes.

Au bout de ce sentier, le rocher de la « Breuillotte »un amoncellement de rochers recouvert de végétation que trois intrépides graviront au milieu des broussailles pour finalement atteindre un point de vue un peu « bouché ».

C’est le retour à Quarré par bois, prairies et hameaux (il y en à douze sur le territoire de Quarré).

Nous reprenons nos voitures pour rejoindre le gite « des Godains » à 2 km de là à Bousson- le- Bas.

C’est une ancienne maison de pays  qui a été aménagée pour recevoir des groupes. Si ce n’est pas très moderne c’est par contre très « communautaire » avec ses 2 dortoirs  ses chambres et  sa pièce centrale ou toutes et tous se croisent sans cesse  du rez- de- chaussée à l’étage et  des douches aux toilettes.

La salle à manger se situe dans l’aile des propriétaires et dès le 1er soir chacun sait qu’il va prendre des kilos. La nourriture et la boisson sont surabondantes, variés et de bonne qualité. Le petit déjeuner idem .

La première nuit sera difficile pour certaines,( 7 dans le dortoir)  la deuxième déjà mieux et la troisième excellente.

C’est normal, il faut s’habituer à cette proximité de vie !!!!!!

 

Mardi 15 Mai :23 km et 600m de dénivelé prévus !!

De l’avis général nous gagnons 2 km avec les voitures ;

Départ  avec  grosse brume et humidité ambiante direction l’abbaye de la « Pierre qui Vire »en passant par chemin creux, forêt, montées, descentes et hameaux. (ces hameaux perdus sont quand même habités par quelques personnes).Sur ce parcours nous rencontrons « Polnareff  et  Lalanne  2 jolis spécimens équestres un blond et un brun aux longues crinières !!!!!!!!. Une longue pente assez raide nous amène alors  au hameau des « Ruelles »qui abrite de nombreux  gastéropodes bourguignons. Puis c’est la descente sur « la Pierre qui Vire »

Après avoir admiré cette « pierre » (scellée maintenant), la statue de la Vierge Marie  érigée dessus  et évoqué les diverses légende qui concernent ce lieu, nous pénétrons dans la très belle église des moines qui résident en ce lieu de silence.

Nous reprenons le chemin qui nous remonte sur un plateau ou un tas de tronc de bois nous accueille pour le casse-croute. Durant celui-ci la brume se lève et l’apparition du soleil donne le signal du départ.

Nous traversons alors une zone de pâturages ou nous pouvons admirer ces superbes animaux mâles et femelles qui font la réputation de cette région.

Nous replongeons en forêt, traversons une rivière sur un gué de pierres surélevées et empruntons une succession de sentiers  étroits entourés de haies et de genets en fleurs don un presque refermé par la végétation sur 250 m (merci à l’ouvreur). Enfin nous voilà revenu à la civilisation en traversant quelques hameaux et voici les voitures .Quelques courageux(es) les dédaignent et rentrent à pied au gite en passant par la « roche aux fées » un amoncellement de très gros rochers équipés pour l’escalade.(cette rentrée étalée au gite facilitera l’utilisation des douches).

Le repas du soir sera aussi copieux que la veille et animé par la « chanson des marcheurs ».Un texte sur l’air du zizi de Pierre Perret que vous trouverez peut-être sur le prochain bulletin.

 

Mercredi 16 Mai : 20km et 600m de dénivelé prévus.

Départ 9h00 à pied du gite avec toujours une brume épaisse qui nous prive du paysage alentours. Après ¾ de marche en forêt nous arrivons aux  « Iles Ménéfriers »et à la vallée de la Cure. Avant de la traverser (sur un pont) nous découvrons une stèle dédiée au maquis  « Verneuil »dont nous évoquons l’histoire et le parcours de son jeune chef de 21 ans à l’époque.

Le  Morvan fut un lieu d’accueil idéal pour les résistants qui se cachaient dans ses forêts profondes et les  monuments sont nombreux dans cette région.

Nous revoici en forêt sur le GR 13 sur des sentiers bordés de genets en fleurs et des chemins creux traversés par de nombreux petits  ruisseaux.

Après avoir retraversé la Cure nous montons vers le hameau du « Vieux Dun ». De là nous accédons à un oppidum (non connu de notre spécialiste Gaulois).Nous y cherchons et y découvrons la chapelle St Marc et la source St Marc. C’est là que nous cassons la croute dans une forêt de résineux alors que le soleil apparait.

Du « Vieux Dun »nous redescendons vers la « Cure » que nous traversons de nouveau sur le pont du « Vieux Dun »

Après regroupement des troupes nous prenons un setier qui monte sur 1 km et nous amène au rocher de « la Pérouse » et à une table de lecture du paysage comme indiqué sur les panneaux.

Devant nous un très beau paysage avec la cure en contre bas.

Après la pause photos il est temps de repartir. Après quelques difficultés sur un chemin pas très bien dégagé nous voici sur une grande allée forestière à l’étang du« Griottier Blanc »Un étang ou se pratique la pêche à la mouche.

Avant nous avions découvert la stèle du Maquis « Camille ».

En coupant à travers bois nous arrivons aux abords du «  parc aux Daims » ou l’ont est censés voir des animaux.

Deux options proposées : longer le parc  et rentrer directement au gite ou repasser par la « Roche aux Fées » .

Le premier groupe verra effectivement  une trentaine de daims le deuxième groupe rentrera 1 /2 heure plus tard.

Ce dernier  repas du soir sera de nouveau très copieux et très animé. Le maitre des lieux accompagnera  les chanteurs (euses) à la guitare et l’accordéon entrainera quelques danseurs et danseuses.

Ambiance très conviviale durant cette soirée que les dames termineront comme la veille par des jeux de société.

 

Jeudi 17 Mai : prévu 21 km et 300m de dénivelé.

Dernier petit déjeuner très copieux,  rangement des sacs,  au revoir aux hôtes et départ en voitures pour le lac de « Saint Agnan »à environ 15 km. La brume est toujours là et un circuit de 12 km pas trop difficile nous fait passer par fermes, hameaux et bois de résineux.

Sur la dernière partie du parcours, le chemin a été creusé par des débardages et nous sommes obligés de contourner de fréquents mini étangs qui se sont formés suite aux pluies récentes. Dans l’eau  se meuvent de nombreux têtards, tritons et autres salamandres toutes jeunes.

Nous sortons les casse-croutes  au bord du lac, dans un petit bois. Le soleil encore absent, il n’y fait pas très chaud et les deux scouts de service se débrouillent pour allumer un petit feu  qui sera très apprécié.

Le soleil apparait enfin et c’est parti pour le tour du lac : 9 km d’un parcours plat par un sentier sympa.

En chemin de nouveau une trace de la résistance vers la « Chapelle Saint Pierre »dans laquelle plusieurs hommes sont demeurés cachés pendant  des semaines. Une stèle en rappelle les circonstances.

Sur le lac qui brille maintenant au soleil, quelques pêcheurs en bateau pneumatique espèrent quelques bonnes prises.

16h30 nous voilà aux voitures et c’est la séquence des adieux et le retour vers Troyes.

Conclusion : séjour agréable, bonne ambiance amicale et conviviale grâce à la bonne volonté et la bonne humeur de toutes et tous malgré un soleil peu généreux. 

   Merci à toutes et à tous. JMC

 







CLUB ALPIN FRANCAIS AUBE
MAISON DES ASSOCIATIONS
63 AVENUE PASTEUR
BUREAU N° 102
10000  TROYES
Contactez-nous
Tél. 03 25 79 53 18
Permanences :
Mardi de 15h30 à 18h30 , Jeudi de 17h00 à 19h30
Agenda